Bienvenue sur notre blog !

Depuis notre retour de TDM, nous souhaitons continuer à vous faire partager nos voyages!!

Bonne lecture!

______________________________________________________________________________________________________________________________________

Après notre mariage, nous avons décidé de partir 7 mois autour du monde en guise de voyage de noces. Ce blog nous permettra de partager avec vous notre aventure.

Nous espérons vous faire voyager un peu...

A très vite,

Marie & Olivier

image2-copier.png

Karibu Tanzanie!

8 mois après notre retour de Tour du Monde, notre envie de voyager est toujours intacte. Nous sommes donc repartis pour de nouvelles aventures… de 2 semaines cette fois-ci. Au lieu de se retrouver aux Maldives comme initialement prévu (en raison de problème de réservation avec un voyagiste) et même en Bolivie ou au Pérou (ce n’était finalement pas la bonne saison), nous avons décidé d’aller explorer le continent africain jusque là quasiment inconnu pour nous deux. Notre fidèle ami « traveler » Nicolas (qui était venu nous voir en Australie pendant notre TDM) est également de la partie. Une envie de renouveler ensemble les bons moments passés en Tasmanie.

Après une escale à Istanbul de 3 heures, le Boeing 737-900 ER de la compagnie Turkish Airlines nous dépose à Kilimandjaro Airport à … 3h40 du matin. Un taxi vient nous chercher vers 6h et le trajet nous permet d’admirer le mont Meru, le Kilimandjaro et ses neiges éternelles au lever du soleil. Superbe !

Visite rapide de la ville d’Arusha et nous retrouvons le responsable de l’agence locale Jackpot Safari avec qui nous partirons faire un safari de 6 jours. Le lendemain, nous faisons la connaissance de notre guide, Erick, et de notre cuisinier, Wasiri, qui nous accompagnerons durant le safari.  

ngorongoro-equipe-safari.jpg 

Nous partons à bord de notre 4x4 Defender pour le premier parc national de notre programme : le Tarangire ! Ce parc est réputé pour sa multitude d’éléphants. Nous ne serons pas déçus. Mais d’autres animaux s’offriront à nous pour notre plus grand plaisir : gazelles, phacochères, girafes (le coup de cœur de Marie, cet animal s’intègre bien dans le paysage !), lion, autruches… au contraire des mouches tsé-tsé bien collantes ! On s’attendait à une savane bien aride mais finalement l’herbe est bien verte dans le parc suite aux pluies du mois de décembre.

tarangire-girafe-2.jpgtarangire-elephants-4.jpgtarangire-gazelle-de-grant.jpg

Direction ensuite la zone protégée de Ngorongoro (classée au patrimoine de l’Unesco) et son fameux cratère rempli d’animaux. Les paysages sont époustouflants avec une verdure à perte de vue. Une impression de se retrouver dans l’Arche de Noé grandeur nature avec cette quantité d’animaux : zèbres, babouins, gnous, hyènes, flamants roses, lions, éléphants, hippopotames, buffles et rhinocéros (aperçu très loin). Nous passerons notre première nuit en camping dans le parc (sans clôture autour !) avec les animaux pouvant passer autour des tentes. Un troupeau de buffles apparaîtra vers 23h non loin des sanitaires presque nez à nez avec Marie, heureusement qu’un ranger veille…

ngorogoro-vue-cratere.jpgngorongoro-lion.jpgngorongoro-zebres-posterieurs.jpgngorongoro-rhinoceros.jpg

Nous traversons ensuite le parc Ngorongoro pour nous rendre au parc Serengeti. Le trajet nous permettra de voir le début de la migration des gnous (alignés par centaine) et … de pousser le 4x4 qui ne veut plus redémarrer à quelques mètres des gnous !! Le Serengeti est le parc national le plus connue de Tanzanie qu’il partage avec le Kenya. Le coté savane apparaît enfin ! Les animaux sont rares à cette période (parfois plus d’une heure à tourner…) mais uniques : léopards, guépards, lions, élans, gazelle de Thompson, hippopotames, girafes, chacal. Un « game drive » au lever du soleil nous permettra d’admirer les hippopotames hors de leur eau boueuse et de prendre le petit déjeuner en plein milieu de la savane. Enfin la dernière session nous permettra de profiter d’un léopard perché dans son acacia qui s’est enfin décidé à descendre au coucher du soleil après 45 minutes d’attente. Un spectacle qu’on n’est pas prêt d’oublier.

serengeti-guepard.jpgserengeti-hippopotames.jpgserengeti-leopard-3.jpgserengeti-lionceau.jpg

Après 6 jours de safari, nous serons surpris de ne pas être « lasser » de voir des animaux, nous étions un peu comme des enfants regardant « le Roi Lion » sans jamais s’ennuyer.

De retour à Arusha, nous filons dans un bus bondé direction Moshi. Nous avons prévu de faire une journée d’excursion autour du Kilimandjaro afin de prendre quelques photos et de profiter de la vue de ce mont mythique. Nous nous ferons littéralement arnaqué par l’agence et son rabatteur mais bon ça fait partie des coutumes locales…Heureusement que nous avons pu profiter des neiges éternelles du Kili.

kilimandjaro-vue-2.jpg

Nous prenons ensuite notre envol vers Zanzibar à bord d’un ATR 72 de la compagnie tanzanienne Precision Air. Après avoir longuement hésité sur l’endroit où dormir sur l’île de Zanzibar, nous avons choisi de nous poser à Nungwi dans des bungalows près de la plage principale. A notre arrivée, nous en prenons plein les yeux avec la couleur turquoise/émeraude de l’eau. Nous profitons de la plage et de ses restaurants en bord de mer pour nous reposer. Nous partirons une journée en excursion sur l’atoll de Mnemba afin de profiter de ses fonds marins pour une séance de snorkeling.Une dernière soirée sur la plage avec une discothèque en plein air improvisée et la présence des « Masaï de plage » Nous achevons notre séjour sur l’île de Zanzibar, par une visite de la ville de Stone Town et ses rues étroites avant de reprendre le ferry vers Dar Es Salaam puis l’avion à destination de Paris…

vol-precision-air-2.jpgzanzibar-nungwi-plage-3-1.jpgzanzibar-atoll-mnemba.jpgzanzibar-nungwi-coucher-de-soleil-3.jpgzanzibar-stone-town-portes.jpg

Ce voyage aura été pour nous 3 une belle découverte et un bel aperçu de l’Afrique de l’Est. Un petit bémol sur les nombreuses sollicitations de vendeurs et autres tentatives d’entourloupes de guides auxquels nous avons été confrontés. 

zanzibar-nungwi.jpg

Et un p'tit bilan !

Depuis notre retour, tout le monde nous demande quel pays nous avons préféré. Il faut bien reconnaître qu’il est difficile de faire un classement avec la diversité des pays que nous avons traversé. Nous ne regrettons rien du choix de nos destinations mais nous avons tout de même eu quelques petits coups de cœur :

1. La Nouvelle-Calédonie : le bout du monde avec ses merveilleux lagons et atolls. Cerise sur le gâteau, cette destination a le mérite de ne pas être trop touristique. Très appréciable. On y retournera un jour, c’est quasi sur !atoll-nokanhui-5-1.jpg

2. Le Nicaragua : quel plaisir de trouver encore aujourd’hui des pays aussi authentiques qui ont gardé leur identité et dont la population ne te considère pas comme un dollar ambulant…granada-cathedrale-3-1.jpg

3. La Nouvelle-Zélande : le temps nous a joué quelques mauvais tours dans l’île du Nord mais nous a laissé tranquille dans l’ile du Sud, heureusement : fjords, glaciers, lacs turquoises, faune (dauphins, pingouins, lions de mer, phoques…). On n’est pas près de l’oublier !  lac-tekapo-mount-john.jpg

4. Le Vietnam : un pays plein de saveur dont la cuisine est à juste titre mondialement reconnue. Ce pays tout en longueur offre également une diversité de paysage incroyable !dsc-0051-copier-1.jpg

On aura également été marqué par l’histoire du Cambodge et le génocide des khmers rouges. 
 
Cela fait désormais 3 semaines que nous sommes rentrés et le quotidien a déjà repris le dessus. C’est difficile à croire mais on a le sentiment que ce voyage est déjà très loin. Heureusement, les souvenirs sont là et bien présents, notamment grâce à nos nombreuses photos en stock (plus de 10 000 !). Nous sommes heureux de retrouver la bonne gastronomie française et son vin. On s’est déjà bien rattrapé depuis notre retour (merci Jacqueline pour ta cuisine au quotidien) ! Nous avons désormais hâte de retrouver notre appart (dans une semaine) pour pouvoir enfin nous poser et ne plus vivre avec nos affaires dispersées… 

Merci à toutes et à tous d’avoir suivi nos aventures sur ce blog. Nous attendions à chaque fois vos messages avec impatience. Pendant ce tour du monde, il nous a juste manqué nos familles et nos amis . Un grand merci également : 

- à nos parents qui ont superbement assuré la logistique pendant notre absence (notamment le chauffe-eau de notre appart qui a rendu l’âme !!!) et qui nous a permis de voyager l’esprit léger,

- à ceux qui ont bien voulu nous héberger durant ce voyage (Lucie-Anne & Tim, Liliam & Stéphane, Laure & Antoine, Blandine & Christophe, Lisa, Emily & Mikael, Florence & Didier),                                                  

à  tous ceux que l’on a croisé durant ce voyage ne serait-ce que quelques heures…,       

- à nos employeurs de nous avoir laissé partir et de réaliser ce Tour du Monde !!

A bientôt pour de prochaines aventures,

Marie & Olivier

marie-et-olivier-sf.jpg


 

 

 

 

 

 

 

PS : Un tour du monde en 7 mois, c’est aussi :  

- 25 vols en avion, 23 aéroports traversés, plus de 58 000 kilomètres parcourus en avion,          

12 500 kilomètres parcourus en voiture,           

- 56 hôtels différents, 5 nuits en dortoirs, 5 hébergements chez des amis, 33 nuits dans un van, 12 nuits en camping , 4 nuits dans le bus, 2 nuits dans les aéroports, 1 nuit sur un bateau, 1 nuit dans un train…,   

10 taux de change différents ($ Singapourien, Dong, Kip, Riel, $ Australien, $ Néo-zélandais, Franc Pacifique, $ Américain, Colon, Cordoba), 

et plus de 120 cartes postales envoyées…

Clap de fin à Los Angeles !

Il est désormais temps de quitter l’Amérique centrale pour rejoindre Los Angeles. Notre avion étant à 6h du matin, nous passons la nuit à l’aéroport de San José au Costa Rica, avant d’enchaîner 2 vols avec une escale de 6h à Denver ! Après cette longue journée de transport, nous arrivons enfin à la « cité des anges ». Nous nous sommes réservés une chambre chez un particulier à Venice : secteur très bucolique avec ses ruelles piétonnes passant à travers les jardins.quartier-de-venice.jpgvenice-quartier-residentiel.jpg

Après une bonne nuit de sommeil, nous reprenons notre activité favorite : visiter ! Un bon petit déjeuner pour débuter notre journée, dans l’une des meilleures boulangeries de Los Angeles située sur Abbot Kinney boulevard. Cette rue rassemble un nombre incroyable de petites boutiques « alternatives », « bobos », « hippies »… Nous continuons notre chemin vers Venice beach. C’est un quartier « original » où l’on croise de nombreux hippies-clochards et quelques spécimens d’un autre genre !venice-beach-specimen-n-2.jpg venice-beach-specimen-n-3.jpgNous irons jusqu’à Santa Monica où les familles américaines passent leur dimanche sur la plage. Nous ferons également un petit tour dans les rues commerçantes de Santa Monica.

Nous filons ensuite vers Downtown en bus. La ville de Los Angeles s’étend sur de nombreux kilomètres et les trajets en bus peuvent parfois prendre pas mal de temps. En clair, Downtown le dimanche c’est mort, il n’y a pas personne… en même temps il fallait s’y attendre un peu. la-downtown-3.jpgNous nous dirigeons donc tranquillement vers le Staples Center (salle de spectacles) pour aller voir un match de NBA. Pour les aficionados, nous allons voir la demi-finale de la conférence ouest des play-offs : les Clippers (autre équipe de Los Angeles à ne pas confondre avec les Lakers) contre les Spurs de San Antonio (équipe de Tony Parker et Boris Diaw). Tout cela à la plus grande joie d’Olivier, ravi d’avoir obtenu des places sur internet 4 jours auparavant. Nous prenons donc place dans l’enceinte de 19 000 personnes gonflée à bloc, vêtus de notre Tee-shirt des Clippers distribué à l’entrée. Un vrai show à l’américaine avec l’entrée des joueurs et les spectacles de pom pom girls. Le match sera très serré. L’enjeu est important pour chaque équipe : une place en finale pour les Spurs et l’élimination des Clippers en cas de défaite. Les supporters des Clippers sont quelque peu déçus mais ils auront supportés leur équipe jusqu’au bout. la-staples-center.jpgnba-match-clippers-spurs-4.jpgnba-match-clippers-spurs-5.jpgNotre soirée n’est pas encore terminée, il faut désormais rentrer (environ 30 kilomètres nous sépare de Venice) sans savoir quel bus prendre ou même savoir s’il y a encore des bus qui passent à cette heure là. Nous attendrons plus de 45 minutes avant qu’un chauffeur d’une autre ligne nous emmène gentiment à l’embranchement vers Venice Boulevard. Nous rentrerons à plus d’une heure du matin soit 2h30 après la fin du match.

Pour la dernière journée de notre voyage, nous nous rendons sur Hollywood Boulevard afin d’observer les trottoirs ornés des noms de stars. Cela n’a rien de transcendant (loin de là !) mais cela nous permettra d’accomplir notre dernier défi (cf. onglet missions TDM).la-hollywood-boulevard.jpg

Au final, Los Angeles ne nous aura pas réellement séduit : c’est une ville trop étirée à notre goût où l’on cherche un peu la vie de quartier ! En même temps, nous sommes peut être passés à côté car nous n’avions pas de guide de voyage, ni même de plans pour visiter Los Angeles. Il est temps désormais de prendre le chemin du retour… Nous sommes à la fois excités de rentrer mais également triste que ce voyage prenne fin…

Après 11h de vol, nous voilà désormais en France !

Le retour approche...

Nous profitons de nos derniers jours pour nous reposer et surtout pour nous « poser ». Après plus de 6 mois et demi à changer d’endroits et d’hôtels tous les 2 jours en moyenne, nous ressentons le besoin de « prendre notre temps ». L’envie de visiter s’estompe peu à peu…

Nous avons donc choisi de passer  une semaine dans la charmante ville coloniale de Granada ! Au programme, une semaine de cours d’espagnol (une remise à niveau, ça ne fait pas de mal mais on est quand même loin d’être bilingue !) et du repos dans un hôtel agréable, avec la clim’ s’il vous plaît ! cours-d-espagnol.jpgcours-d-espagnol-2.jpgNous connaissons désormais un peu mieux Granada et nous avons pu nous glisser un peu dans la vie locale : faire nos courses, aller à la boulangerie (pas facile d’en trouver une correcte mais avec persévérance, on l’a dégoté ! De bons gâteaux, muffins, sandwich…ça change des haricots rouges et éternels burritos !), aller chez le coiffeur pour Olivier pour la coupe la plus longue du voyage (1h et 2 coiffeuses rien que ça !).chez-le-coiffeur.jpg Nous avons également eu la chance de rencontrer un couple de nicaraguayens (merci Lise & Jean-Luc) installé à Granada : Jackeline et Franklin avec qui nous avons passé une soirée que l’on n’est pas près d’oublier ! Enfin pour achever notre séjour en beauté à Granada, nous avons passé une journée au bord du lac d’Apoyo : une belle couleur bleue mais une eau à peine rafraîchissante. laguna-de-apoyo.jpglaguna-de-apoyo-2.jpg

Il nous reste encore une semaine avant de retourner à San José, au Costa Rica, pour notre vol retour sur Los Angeles. Nous souhaitions rester encore un peu au Nicaragua, nous avons donc décidé de retourner à San Juan del Sur, village situé en bord de plage et près de la frontière costaricienne. Au programme, plage, lecture, repos, apéro local…apero-local.jpg

Comme vous pouvez l’imaginer, on commence tout doucement à se préparer au retour. Une chose est sûre, nous sommes très heureux de rentrer afin de retrouver du confort, la vie de sédentaire et de bons petits plats ! Heureux aussi de retrouver tout le monde après près de 7 mois. Nous avons beaucoup apprécié nous retrouver tous les deux et faire de nombreuses rencontres durant ce voyage mais la famille, les amis, cela manque beaucoup quand on se retrouve à des milliers de kilomètres. On ne regrette pas d’avoir fait le choix de partir en voyage prolongé juste après notre mariage, cette expérience unique va certainement beaucoup nous marquer. On s’en rendra certainement compte après quelques mois de retour à la vie quotidienne.

Dernière étape vers Los Angeles pour 2 jours d’escale avant le retour à Paris le 23 mai. Nous nous sommes laissés une semaine pour « atterrir », retrouver tout le monde et reprendre nos marques avant le retour au travail prévu le 1er juin. Et oui toutes les bonnes choses ont une fin !

Nicaragua unica…original !

Nous commençons notre périple dans ce pays par San Juan del Sur, haut lieu touristique au Nicaragua. En effet, ce village profite d’être proche de la frontière costaricienne pour accueillir les nombreux gringos (veuillez comprendre américains) en voyage au Costa Rica… Le changement de décor est saisissant! Les villes ont beaucoup plus de charme : les maisons, les églises sont très colorées. On s’y sent tout de suite bien ! Le Nicaragua est le pays plus pauvre d’Amérique Centrale mais il a la réputation d’être le plus sûr de la région ! En effet, nous ne ressentons aucun problème de sécurité. san-juan-del-sur-maison-2.jpgsan-juan-del-sur-maison-3.jpg

Pour débuter, nous profitons donc de 3 jours de repos dans ce village situé en bord de mer. Nous explorerons la playa Maderas et nous ne serons pas déçus. Cette plage avec ses falaises tombantes est très agréable et l’eau est très chaude à cet endroit du Pacifique. On en profite !san-juan-del-sur-playa-maderas.jpg

Nous nous rendons ensuite sur la Isla de Ometepe, île située au milieu du lac du Nicaragua qui a été formée par les éruptions de ses deux volcans (Concepcion & Maderas). Les points de vue de ces deux volcans sont splendides. La traversée en bateau (ou plutôt ce qu’il en reste) sera très mouvementée en raison de la houle. Mal de mer garantie… Bizarre pour un lac !isla-de-ometepe-volcans-concepcion-y-maderas.jpgisla-de-ometepe-volcan-concepcion.jpg

Nous n’aurons pas (ou plus) le courage de réaliser l’ascension de l’un de ses deux volcans. La fatigue commence à se faire de plus en plus sentir en cette fin de voyage. Nous nous reposerons sur cette île bien calme et irons faire une petite baignade au bassin naturel « El Ojo de Agua ». isla-de-ometepe-ojo-de-agua-bassin-naturel-2.jpgisla-de-ometepe-playa-santa-domingo.jpg

Notre visite du Nicaragua, ne pouvait se faire sans Granada, ancienne ville coloniale qui a conservé la plupart de ses églises (on ne les compte plus). Cette ville est souvent comparée à Antigua, au Guatemala où nous sommes allés il y a 2 ans. Il y a en effet quelques ressemblances. Grâce aux bons plans de Lise & Jean-Luc qui ont vécu là-bas il y a quelques années, nous apprécions davantage notre séjour dans cette ville puisque nous avons décidé de revenir passer une semaine à Granada avant de quitter l’Amérique Centrale. Nous repérons donc notre futur hôtel et l’organisme de langue que nous choisirons afin d’améliorer notre espagnol.granada-cathedrale-3.jpggranada-maisons.jpg

Nous remontons progressivement vers le Nord, à Leon, ville rivale de Granada. Pour la petite histoire, ces deux villes se sont battues pour devenir la capitale du Nicaragua, au final on l’a mise au milieu à Managua ! Cette cité étudiante a conservé son charme (malgré quelques bâtiments délabrés…). Nous passerons du bon temps au Via-via Café dans ses hamacs ! Il est temps de reprendre notre rythme de visite et de valider notre défi au Nicaragua (merci Sophie et Ronan, cf rubrique Missions TDM) : faire du sandboarding (ou plutôt de la luge) sur le volcan Cerro Negro couvert de cendres noires. L’ascension de ce volcan toujours actif n’est pas très difficile et nous surmonterons nos peurs pour descendre ce volcan à près de 50 km/h sur nos planches de bois, juste avant le coucher du soleil. Un très bon moment !leon-parque-central.jpgleon-vendeurs.jpgvolcan-cerro-negro.jpg

Nous continuons la découverte du Nicaragua en direction d’Esteli, ville sans grand intérêt mais un excellent point de chute pour visiter les environs. Une première journée dans la Réserve de Miraflor pour la randonnée, une deuxième à visiter une fabrique de cigars (qui n’ont rien à envier aux cigars cubains !), une troisième à marcher et nager dans le Canyon de Somoto ! miraflor-foret.jpgesteli-cigar-tour-5.jpgsomoto-canyon.jpgsomoto-canyon-2.jpg

Nous tombons véritablement sous le charme de ce pays, encore peu touristique (contrairement au Costa Rica !) qui dispose d’une richesse de paysage et d’activités incroyables. La population locale très accueillante, ne nous voit pas comme des dollars et cela fait du bien de savoir que cela existe encore ! On en redemande ! Nous ne pouvons pas vous parler du Nicaragua sans évoquer ces bus locaux (ou chicken bus) que nous empruntons pour tous nos déplacements. On se sent tout de suite baigné dans la culture locale : ce sont d’anciens shool bus américain où la musique est toujours à fond (pas que dans les bus d’ailleurs, les supermarchés adorent également installer d’énormes enceintes avec le volume à fond. Nous, ça nous ferait plutôt fuir mais ici ça attire le client !). Il y fait également très chaud, il y a très peu de place pour nos jambes européennes et on doit parfois se serrer à 3 sur la banquette. Il faut préciser que le nicaraguayen est « légèrement » plus large mais aussi plus petit ! A l’intérieur du bus, se déroule une vraie vie locale : les marchands ambulants défilent les uns les autres voulant nous vendre leur poulet, gâteau, boisson…Mais c’est parfois plus insolite : chaussettes, sous-vêtements, brosse à dent, lampe de poches… On pense que personne ne va acheter mais on se trompe ! Ici, ils adorent acheter dans le bus, surtout de quoi manger et boire (le nicaraguayen est très gourmand !) quelque soit le moment de la journée. Bref, vous l’aurez compris, voyager en bus a beaucoup de charme mais c’est parfois épuisant !granada-plaza.jpg

Il reste désormais deux semaines avant la fin de notre périple, nous les passerons essentiellement au Nicaragua avant de retourner au Costa Rica pour reprendre notre vol pour Los Angeles.

Pura Vida Costa Rica !

Nous quittons San Francisco et les amis pour l’Amérique centrale, dernière étape de notre tour du monde. Initialement, nous avions prévu, pendant un mois et demi de parcourir le Costa Rica, le Panama et le Nicaragua. Nos billets d’avion, arrivant et repartant de San José au Costa Rica et la fatigue commençant à se faire sentir après 6 mois de vadrouille (oui oui c’est possible), nous décidons finalement de nous limiter au Costa Rica et Nicaragua. Tant pis pour le Panama ! 

En arrivant à San José, nous retrouvons la chaleur (qui nous avait bien manqué à San Francisco)… mais nous sommes surpris par les prix, plutôt élevés, qui sont ici pratiqués. A titre d’exemple, notre chambre avec salle de bain (enfin une douche froide et toilette) coûte 40$ la nuit. Alors que ce même type de chambre nous coûtait 5$ en Asie. On nous avait prévenu mais le porte-monnaie en prend un coup surtout en cette fin de voyage! La ville de San José ne présente pas un grand intérêt mis à part quelques anciens bâtiments à l’architecture locale. san-jose.jpg

Nous serons marqués par l’omniprésence policière et la forte influence américaine. En effet, on ne compte plus le nombre de fast food dans cette ville, le dollar est quasiment devenu la monnaie locale et tout le monde nous parle en anglais ! Nous ne sommes pas des américains avec des dollars pleins les poches, nous voulons parler espagnol et payer en colon (monnaie locale) ! Nous nous rendrons également au volcan Irazu, situé à quelques kilomètres de la capitale. On s’attendait à faire une petite randonnée sur le volcan. Et bien non ! Ici tout est balisé, nous n’avons qu’à suivre le chemin pour voir le petit lac formé par le volcan.volcan-irazu-4.jpg

Nous souhaitons rejoindre Quepos afin de nous rendre au parc national Manuel Antonio. Suivant les conseils du Lonely Planet (la prochaine fois on vérifiera nos informations !), nous nous rendons à la gare de bus devant nous emmener à destination. Nous apprenons que les bus pour Quepos ont changé de gare et le nouveau terminal se trouve à 8 km. Tant pis, nous choisissons de partir pour Jaco. Située sur la côte pacifique, la chaleur est étouffante. Cette destination ne nous plait pas vraiment, trop de « surfeurs-crados » à notre goût ! Elle nous permettra tout de même de nous rendre au parc Manuel Antonio où nous pourrons admirer des  paresseux, iguanes, singes à tête blanche et admirer de beaux points de vue sur le Pacifique. parc-manuel-antonio-paresseux.jpgparc-manuel-antonio-iguane-2.jpgparc-manuel-antonio-singes-a-tete-blanche.jpgparc-manuel-antonio.jpg

Le Costa Rica disposant d’une faune et d’une flore assez exceptionnelle, l’écotourisme se développe de plus en plus et il compte de nombreux parcs nationaux protégés. Le recyclage est également très prisé et assez stricte, bien plus qu’en France !

Nous quittons Jaco sans regrets pour nous rendre dans la région de Monteverde. Nous serons charmés par le village de Santa Elena. Ici, l’air est plus respirable. Nous irons admirer les vallées vertes en s’offrant un tour en Canopy, équivalent de nos accro branches mais uniquement constituées de tyroliennes, allant jusqu’à 1 kilomètre de long. Sensation garantie ! Cela faisait également partie de nos missions tour du monde, vous pourrez donc en savoir plus dans l’onglet spécifique du blog. monteverde-canopy-2.jpgNous randonnerons également dans la réserve Santa Elena à la quête de l’oiseau précieux (au plumage bleu-vert): le Quetzal, que nous réussirons à trouver !reserve-santa-elena-quetzal.jpg

Après ces parcs nationaux, nous partons à la découverte des volcans Arenal et Tenorio en posant nos sacs à La Fortuna. Cette ville située au pied du volcan Arenal est plutôt agréable. Olivier y croisera même un ancien collègue de chez Mazars en vacances dans les environs. Le monde est petit ! Le volcan Arenal s’est éteint il y a un an et demi (même si les tours operator ont laissé les photos du volcan avec la lave laissant croire aux touristes que celui-ci est encore en éruption). Nous ferons l’ascension du Cerro Chato permettant d’admirer le lac formé par le volcan, sous une chaleur très très humide.la-fortuna-3.jpgcerro-chato.jpg Le volcan Tenorio devait nous permettre de découvrir une cascade et une rivière d’un bleu incroyable mais la pluie s’en est mêlée ! Nous avons marché durant près de 3h sous la pluie avec quelques bons centimètres de gadoue collés à nos chaussures pour voir une eau plutôt maronnasse... Quelle déception !parc-national-tenorio-cascade.jpg

Après ces étapes humides et pluvieuses, nous décidons de rejoindre le Nicaragua, apparemment moins onéreux et un peu plus chaud ! Nous mettrons 2 jours pour rejoindre San Juan Del Sur en bus locaux. Le passage de la frontière se fera sans trop de difficultés… Des chauffeurs de taxis nous colleront aux baskets, même une fois nos sacs dans le bus… Arrivés à San Juan del Sur, nous savourons cette étape plage : bienvenido a Nicaragua!

Dans le journal local en Nouvelle-Zélande !

Lors de notre séjour en Nouvelle-Zélande, nous avons eu droit à une interview d'une journaliste locale... On ne savait pas trop ce qu'elle allait faire de tout ça, mais voici la réponse en image !

article-nz-copier-2.png

C’est une maison bleue adossée à la colline…

Nous atterrissons à Los Angeles sous le soleil mais il fait nettement plus frais ! Nous entassons tous nos bagages dans notre petite voiture de location, une PT Cruiser (pas terrible comme voiture !), et filons en direction de Santa Barbara. Nous sommes jeudi 29 et nous devons être à San Francisco pour le vendredi soir. En effet, nos amis Véro et Alex se marient le samedi 31 et nous avons la chance d’être de passage. Santa Barbara sera donc l’occasion de nous acheter une tenue à peu près correct pour le mariage : soit un jean et une chemise pour Olivier et des ballerines pour Marie. Et oui nous n’avions pas prévu de tenue pour un tel évènement, dans notre équipement de backpackers !santa-barbara.jpg

Nous empruntons ensuite la Highway 1 qui longe l’océan et visiterons Carmel, la région de Big Sur et ses lions de mer, Pacific Grove, Monterey … La route est magnifique et nous ne nous lasserons pas d’admirer la force de l’océan Pacifique. Cette route aurait méritée qu’on lui accorde un peu plus de temps mais c’est sur nous reviendrons !big-sur.jpg

Notre arrivée à San Francisco sera marquée par les retrouvailles avec nos amis. Cela fait vraiment du bien de les revoir après 5 mois de vadrouille. Lisa nous accueille chaleureusement dans son superbe appartement situé dans le quartier de Mission. Durant ce séjour, nous n’avons plus tellement l’impression d’être en tour du monde mais simplement d’être en vacances avec nos amis. Nous assisterons donc à notre premier mariage américain, au Shakespeare Garden, dans le Golden Gate Park, sous un grand soleil (ce n’était pas gagné au petit matin) ! Une belle journée remplie d’émotion et qui nous a permis de faire la fête.sf-mariage-vero-alex-4.jpgsf-mariage-vero-alex-2.jpg Nous passerons également de belles soirées d’après mariage avec Fiona, Florence et Didier autour de bons apéros.san-francisco-golden-gate-bridge-7.jpg

Le lendemain du mariage sera tranquille, nous nous baladerons dans les quartiers de Mission, Noe Valley, Castro…San Francisco n’est vraiment pas une ville comme les autres : les gens sont autorisés à se promener nus dans la rue. Nous en avons d’ailleurs croisé un qui ne portait qu’un tee-shirt arrivant au-dessus du nombril, des baskets et un chapeau pour le style… Rien d’autre !

Nous reprenons ensuite la route quelques jours avec les parents d’Olivier afin de déguster les vins de la Nappa Valley. Nous en profiterons pour traverser le Golden Gate en voiture, visiter le parc national Muir Woods et ses séquoias géants (70 mètres !). Certains domaines viticoles ressemblent davantage à des parcs d’attraction (château fort dans le style italien datant d’une trentaine d’années, téléphérique pour se rendre aux domaines…). Nous dégusterons tout de même du très bon vin (à des prix bien plus élevés qu’en France) avant de dire au revoir aux parents d’Olivier ! san-francisco-golden-gate-bridge-2.jpgmuir-woods-sequoias-geants-4.jpgnapa-valley-hess-winery.jpg

Nous profiterons de nos 5 derniers jours à San Francisco pour continuer la visite de la ville. A l’exception de Marie qui restera plus de 2 jours au lit avec une fièvre oscillant jusqu’à 40°C. Cela nous permettra de tester les docteurs californiens et leur tarif onéreux : la consultation, une piqûre, des antibiotiques pour la modique somme de 550$ ! Heureusement que nous avons souscrit  une assurance voyage… Olivier continuera donc sa visite des quartiers de la ville seul : Coit tower, Chinatown, Little Italy, City Hall…sf-chinatown.jpg

Les rues de San Francisco sont, comme on peut se l’imaginer, parfois très pentues. Cela nous a d’ailleurs valu une amende de 50$ pour stationnement en pente sans avoir tourner les roues vers le trottoir afin de bloquer la voiture si le frein à main venait à lâcher. Heureusement, Olivier a réussi à la faire sauter ! sf-street-2.jpg

Pour notre dernier week-end à San Francisco, nous avons été très gentiment accueilli par Emily et Mikaël, amis d’Alex et Véro que nous avons rencontré au mariage. Un samedi après-midi à Twin Peaks, une soirée plutôt festive et un dimanche à Baker Beach pour un barbecue et son imprenable vue sur le Golden Gate Bridge. Un week-end bien sympa que nous avons bien apprécié ! sf-chez-emily-mikael.jpgsf-baker-beach.jpg

Merci encore à tous nos hôtes pour leur accueil !

Avant de partir, nous avons eu le temps de visiter la célèbre prison d'Alcatraz où Al Capone a séjourné. Nous nous envolons désormais pour notre dernière grande destination de notre voyage : l’Amérique Centrale (Costa Rica, Nicaragua) avec un changement de décor assuré.sf-alcatraz.jpg

Iaorana Polynésie !

Après une belle petite escale à Auckland et de vives retrouvailles avec les parents d’Olivier à l’aéroport, nous prenons place à bord de l’avion Air Tahiti Nui (fini Emirates et son confort…) en direction de Papeete. Nous partons le 15 mars d’Auckland et arrivons le 14 mars à Papeete, chercher l’erreur !! Nous avons passé la ligne de changement de date… Au lieu d’être en avance de plusieurs heures depuis quelques mois sur notre chère métropole, nous sommes désormais en retard de plusieurs heures ! Nous arrivons donc à Papeete vers 22h et l’humidité se fait sentir dès notre sortie de l’avion. Heureusement, des jolies fleurs de tiaré données à chaque passager ainsi qu’un groupe de musique polynésienne viennent « rafraîchir » l’atmosphère. faaa-arrivee-aeroport-de-tahiti.jpg

Voyager avec les parents d’Olivier, cela change notre standing et de trouver des logements comme on n’en avait pas connu depuis notre départ !

Nous voici donc partis à la découverte de 5 îles de l’archipel de la Société, soit un tout petit bout de la Polynésie dont les îles s’étendent sur un territoire grand comme l’Europe.

 

Tahiti

La première île de notre programme est donc l’île de Tahiti. Nous ne resterons qu’une journée à Papeete et connaîtrons notre première pluie tropicale durant toute la matinée. Nous en profiterons pour visiter  le musée de la perle (afin d’en apprendre un peu plus sur la formation de ces perles nacrées dans les huîtres) et découvrir le marché couvert de Papeete avec toutes ces couleurs et senteurs ! De retour à l’hôtel avec le soleil, nous profiterons de la piscine (cours d’aquagym pour Marie !) et de la plage de sable noir.

papeete-marche-2.jpg

 

Moorea

Deuxième étape de notre parcours, l’île de Moorea. Après 8 minutes de vol entre Papeete et Moorea (vol le plus court de notre séjour), nous arrivons sur la superbe île de Moorea. Nous ne serons pas déçus : rencontre avec les raies pastenagues et les requins pointes noires, lagoonarium et jardin de corail, tour de l’île en voiture avec de superbes points de vue sur le lagon. Nous passerons quatre journées bien remplies sur cette île (avec une météo parfois mitigé) et repartirons avec notre joli collier de coquillage, coutume local !moorea-belvedere-baie-de-cook.jpgrequin-pointe-noire.jpgraie-pastenague.jpg

 

Huahine

Troisième île explorée, nous aurons la surprise de dormir dans une pension familiale (les parents d’Olivier la décriront comme trois jours passés à vivre Koh Lanta en raison de bungalows ouverts sur l’extérieur : araignées, geckos, cafards!) où les locaux passent leur temps à discuter autour d’une table et boire des litres d’Hinano (bière locale)… Une sortie en mer, entre les gouttes, nous fera profiter du lagon autour de cette île, la mère d’Olivier en profitera pour faire son baptême de snorkeling ! Le tour de l’île en voiture nous permettra de découvrir les pièges à poissons mis en place par les locaux et les anguilles aux yeux bleus. huahine-pension-mauarii.jpghuahine-baie-d-avea-5.jpg

 

Raiatea – Tahaa

Ces deux îles partageant le même lagon et sont séparées par quelques centaines de mètres. Notre première journée sera consacrée à l’île de Tahaa :

- balade dans le jardin de corail autour du motu (îlot en polynésien) Tau Tau avec une eau turquoise et transparente,  le rêve !

- déjeuner polynésien : poisson cru au lait de coco, pain coco, mahi-mahi (poisson local) à la sauce vanille, taro, patates douces, fruits tropicaux… Un vrai délice !

visite d’une vanilleraie artisanale, la vanille polynésienne étant réputée comme étant l’une des meilleurs au monde. tahaa-vanille.jpg

- tour de l’île en 4x4 avec diverses explications sur la botanique locale (papayiers, cocos…)

- retour sur Raiatea avec traversée du lagon en pirogue à balancier.

L’autre journée nous permettra de faire le tour de l’île de Raiatea (moins riche) et de s’essayer au canoë avec les parents d’Olivier (une grande première pour eux !).  raiatea-lagon.jpgraiatea-coucher-de-soleil.jpg

 

Bora Bora

Dernière étape de notre voyage en Polynésie, l’île de Bora Bora, ô combien touristique, mérite quand même le détour (malgré ce qu’en disent les polynésiens des autres îles…). Son lagon en bord de plage le long de la pointe Matira est tout simplement splendide avec une eau bleue claire qui ne peut que faire rêver et se sentir pour quelques heures au paradis… Nous aurons également l’occasion d’observer les polynésiens lors de leur entraînement aux courses de pirogues, sport national ici !bora-bora-lagon-4.jpgbora-bora-coucher-soleil-plage-de-matira.jpg

Nous passerons sur l’île de Bora Bora, trois jours de pur repos pour terminer notre voyage en Polynésie.

Il faut bien avouer que l’accueil des polynésiens est plus chaleureux que celui des kanaks de Nouvelle-Calédonie. Néanmoins, nous gardons tout de même une petite préférence pour la Nouvelle-Calédonie. En effet, cet archipel (qui n’a pas besoin du tourisme au niveau économique en raison de ses sources de nickel) a un coté plus « authentique » et les fonds marins sont tout de même moins abîmés qu’ils ne le sont en Polynésie Française. Par ailleurs, contrairement à ce qu’on peut imaginer, il y a très peu de plages (sur notre séjour, la seule plage que nous avons trouvé était à Bora Bora) et le sable n’est pas aussi fin (nous sommes devenus exigeants !).

Nous continuons notre parcours vers l’est, en route pour la Californie !

La Nouvelle-Calédonie, c'est le paradis !

Un p’tit retour en France à 17 000 kilomètres de Paris, ça ne fait pas de mal…surtout avec le soleil et ses 30°C. Entendre parler français et retrouver les bons produits gastronomiques français comme le camembert et le saucisson (à des prix parfois trois fois supérieurs), on ne boude pas ces plaisirs. Bienvenue en Nouvelle-Calédonie !

La Nouvelle-Calédonie est le 3ème plus grand archipel du pacifique après la Nouvelle-Guinée et la Nouvelle-Zélande et il faut bien dire que ça vaut le détour. Elle détient le deuxième plus grand récif corallien après l’Australie, autant dire que les eaux sont toutes plus magnifiques les unes que les autres. Il serait quand même dommage que ce POM (Pays d’Outre-Mer) prenne son indépendance, réponse entre 2014 et 2018 !

ilot-vu-du-ciel.jpglagon-vu-du-ciel.jpg

 

La Grande Terre

Nous commençons par prendre nos marques dans notre gîte de Bourake Bay situé à 90 kilomètres de Nouméa, la première fois depuis 3 mois où nous allons passer plus de 4 nuits au même endroit. Cela peut être dur à entendre (ou plutôt à lire) mais pour la première fois depuis notre départ, on se sent vraiment en vacances. bourake-fare.jpg

Grande Terre, la principale île où se situe Nouméa, est surnommée « le Caillou ». Les distances entre les villes ou villages de cette île sont longues et nous traversons des paysages d’un vert bien différent de la Nouvelle-Zélande. Le principal intérêt de la Nouvelle-Calédonie reste ses fonds marins et ses principaux îlots. Nous explorerons ainsi les îlots Tenia, Condoyo, Signal, Larègnère,…en pratiquant du snorkeling. ilot-tenia.jpgilot-brosse-5.jpgilot-tenia-fonds-marins-3.jpg

Eh oui pas besoin de mettre les bouteilles pour plonger, les fonds marins sont tellement « généreux » avec un masque et un tuba : serpents de mer appelés tricot rayé,étoiles de mer, requins pointes noirs et pointes blanches, tortues, raies, poissons clowns, poissons perroquets, dauphins (encore !) ... On ne s’en lassera pas.atoll-nokanhui-tricot-raye.jpgile-des-pins-baie-d-oro-piscine-naturelle-3.jpgilot-condoyo-etoile-de-mer.jpg

Nous nous baladerons principalement sur la cote ouest de Grande Terre en remontant vers Bourail, célèbre pour ses trois baies (la Roche Percée, la baie des tortues et la baie des Amoureux) et le lagon au large de la plage de Poé que nous explorerons à bord d’un bateau à fond de verre !bourail-baie-des-tortues.jpg

Nous ferons tout de même une courte escapade au centre (Farino, Sarraméa, La Foa) et à l’est (Thiau) de l’île afin d’emprunter la route à horaires, invention calédonienne, qui consiste à circuler dans un sens pendant les heures paires et dans l’autre pendant les heures impaires (une seule voie sur cette route). Un grand moment et de magnifiques points de vue sur cette piste où notre Twingo toute neuve a survécu!route-a-horaires.jpgroute-a-horaires-point-de-vue.jpg

 

L'île des Pins

Nous avions prévu de prendre le bateau pour nous rendre sur la célèbre Ile des Pins, réputée comme une des plus belles îles au monde, mais c’était sans compter que ce dernier serait en carénage pendant tout le mois de mars. Nous avons du nous rabattre sur l’avion, plus onéreux et surtout vite rempli.avion-air-caledonie.jpg 

Pour l’hébergement ce sera option camping (merci Nico pour ta tente !) près de la baie de Kanuméra : une plage de sable blanc, une eau transparente et des poissons par centaines… Nous partirons découvrir l’île à scooter : Vao, principal village de l’île, la baie d’Oro et sa piscine naturelle bordée de pins colonnaires. Splendide ! ile-des-pins-baie-de-kanumera-3.jpgile-des-pins-baie-de-kanumera.jpgile-des-pins-baie-d-oro-piscine-naturelle-5.jpg

Nous explorerons la Baie d’Upi à bord d’une pirogue mais le temps ne sera malheureusement pas avec nous (ce sera la seule journée de pluie sur nos 15 jours !). Cela permettra d’apprécier pleinement cette Baie aux allures de Baie d’Along en solitaire ! ile-des-pins-pirogue-baie-d-upi.jpgile-des-pins-baie-d-upi-3.jpg

Pour achever notre séjour sur l’Ile des Pins en beauté nous avons passé une journée sur l’îlot Brosse et fait un stop sur l’atoll de Nokanhui… Une impression de bout du monde : un banc de sable au milieu du lagon, recouvert en partie à marée haute avec une mer au dégradée de couleur époustouflant. A coup sûr, notre coup de cœur de la Nouvelle-Calédonie ! Pour ceux qui ont suivi Koh Lanta en 2005, ce fut le lieu de la fameuse épreuve finale des poteaux.atoll-nokanhui-4.jpgatoll-nokanhui-5.jpgatoll-nokanhui-8.jpg

Pour les footeux, nous avons raté de peu Antoine Kambouaré, originaire de l’île des Pins et venu se ressourcer en famille après son éviction du PSG. Enfin, aucune trace de Christian Karembeu (et encore moins d’Adriana !).

De retour sur Nouméa, nous sommes gentiment hébergés par Blandine et Christophe rencontrés lors de notre excursion sur l’îlot Ténia. Merci encore à vous deux pour votre accueil et les soirées à discuter de nos voyages.

Nous filons maintenant pour une escale de deux jours à Auckland avant de retrouver les parents d’Olivier et de nous envoler tous ensemble vers Tahiti.  

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site